Marketplaces ? Oui ! Mais comment ?

Pas facile pour les e-vendeurs de trouver une bonne plateforme d’accueil. Les Marketplaces, ou « places de marché », bien qu’efficaces, ne sont pas toujours faciles d’accès. Bon nombre d’e-commerçants se lancent sans avoir conscience de toutes leurs spécificités.

Croquis vecteur MARKETING

Qu’est-ce qu’une Marketplace ?

En BtoC, deux types de Marketplaces existent : généralistes, c’est-à-dire qui vendent tous les produits sans forcément de lien, et les spécialisées, celles qui vendent des produits issus d’une même famille de produits.

Mais attention, chaque type à ses propres spécificités. Une généraliste aura d’une base de données conséquente pour toucher plus de clients potentiels dans tous les domaines. Elle est davantage quantitative, tandis que la spécialisée est qualitative puisqu’elle regarde la clientèle.

Marketplaces spécialisées

Actuellement, les Marketplaces à thème, donc spécialisées, attirent de plus en plus de clients. Ces derniers veulent un univers dédié à ce qu’ils recherchent, l’important n’est pas ce qu’ils vont y trouver mais ce qu’ils pensent y trouver. Il faut chercher à se positionner comme des spécialistes aux yeux de l’internaute. Les spécialisées ont plus de temps pour gérer cette image, puisqu’elles ne traitent que d’un domaine en particulier. Elles peuvent concentrer leurs efforts sur l’acquisition des clients, le référencement, la communication etc.

Minimiser les erreurs

Ce qu’il faut prendre en compte, en tant qu’e-marchand, c’est de minimiser le risque d’erreur. Éliminer dans un premier temps, les produits à fort taux de SAV et privilégier la qualité des transactions. Les Marketplaces jugent la qualité d’un vendeur à celle de ses transactions et au temps de traitement. L’erreur courante, est de ne pas spécifier le « mode vacances » lors des congés. Or un produit en ligne, est un produit disponible et qui doit être envoyé. De fait, les Marketplaces n’y voient que des colis non-expédiés.

Et sinon, à l’international ?

D’un point de vue international, il vaut mieux posséder des outils linguistiques. Vendre à l’étranger, c’est dans la majorité des cas, traduire les fiches produits. C’est aussi avoir conscience des différences culturelles et législatives entre les pays. (prix, cible, frais de port, marché etc.)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 29 janvier 2016

    […] commerce connecté regroupe pléthore d’outils : marketplaces, réseaux sociaux, m-commerce etc. Des outils largement utilisés par l’ensemble des […]

  2. 2 mars 2016

    […] commerce connecté regroupe pléthore d’outils : marketplaces, réseaux sociaux, m-commerce etc. Des outils largement utilisés par l’ensemble des […]

  3. 16 mars 2016

    […] réussir son projet de marketplace ? C’est la question à laquelle essaie de répondre Adrien Nussenbeaum, CEO et cofondateur de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *